dimanche 16 février 2014

Et voici le nouveau prologue

La première qualité du nouveau prologue est son efficacité : il ne noie pas le lecteur sous les différents noms, mais il réussit à introduire l'un des personnages principaux et la notion d'Esprits. Il contient une unique scène d'action qui j'espère donnera envie au lecteur d'aller plus loin...




Étendu sur le sol, le souverain Haakon reprenait lentement des forces, épuisé par le sort qu’il avait lancé une heure auparavant. Ses cheveux et sa barbe – jadis noirs, désormais blancs – étaient trempés de sueur. Ses rides sur le front et ses yeux hagards lui faisaient paraître davantage que ses cinquante ans. Son corps paraissait brisé.
Tous ces efforts ne lui avaient apporté qu’une confirmation : le jour venu, le pentacle le protégerait à la fois des humains et des Esprits. Malgré la frustration ressentie, il se forçait à voir les aspects positifs. À défaut d’obtenir auprès des Esprits tous les renseignements qu’il cherchait, il progressait. L’objet de sa quête serait atteint dans quelques années. Il avait eu la prévoyance d’écarter les menaces immédiates afin de disposer d’un répit suffisant. Ses ennemis étaient morts ou en fuite. Plus rien ne pouvait l’empêcher de devenir immortel.
Il échapperait au destin des humains. Laisser une descendance était un pauvre palliatif à l’immortalité. Ses deux fils l’avaient déçu. Entwald et Rigat étaient indignes de leur géniteur. Non seulement leurs talents étaient médiocres, mais ils étaient bien trop faibles pour mériter de devenir roi.
Haakon entendit un bruit étouffé.
Il était seul. Ses recherches étaient si secrètes qu’il ne voulait aucun témoin lorsqu’il lançait son sortilège, pas même son garde du corps. Il était épuisé et donc vulnérable même s’il avait eu la prudence d’installer des boucliers de protection.
Méfiant, il scruta la nuit.
De nouveaux bruissements. Cette fois, il ne pouvait se méprendre. Quelqu’un approchait.
Le roi se rassura lorsqu’il reconnut la silhouette, mais son inconscient l’avertit aussitôt du danger. Il mit une longue seconde à comprendre le détail qui n’allait pas. Il saisit brusquement. Il n’avait dit à personne où il se trouvait.
On venait pour le tuer.
Le souverain n’était pas prêt à engager le combat. Il cherchait les stratagèmes pour gagner du temps lorsqu’une gerbe de feu jaillit dans sa direction. Persuadé que son bouclier le protégerait, il ne chercha pas à incanter. De toute façon, il n’en aurait pas eu le temps.
La mort le cueillit par surprise. Son corps brûla et dans ses derniers moments, la douleur était bien trop forte pour s’interroger sur les raisons pour laquelle ses protections s’étaient révélées inefficaces.
Des Esprits ricanaient. Plus rien ne pouvait arrêter le chaos.

samedi 11 janvier 2014

Ancien prologue

Finalement, je n'ai pas attendu le retour d'un éditeur pour un nouveau post. Un commentaire sur mon autre blog m'a incité à présenter le début de mon ancien prologue. Suite aux conseils d'une bêta-lectrice, je l'ai abandonné car il était trop technique pour laisser le lecteur s'immerger dans le roman.

Une silhouette légèrement voûtée se découpait sur l’étroit sentier de montagne. S’appuyant sur un long bâton, sa progression était lente et heurtée. Ahanant, l’homme s’arrêtait tous les vingt pas. Il jetait des regards fébriles autour de lui, comme craignant qu’un assassin soit tapi dans l’ombre. Une étrange nervosité chez le sorcier le plus puissant du continent.
Après plusieurs heures d’efforts, Kollimor atteignit un promontoire donnant sur une grotte. Son visage émacié rougi par l’effort luisait de sueur. Il était difficile de donner un âge à cet homme de taille moyenne, entièrement vêtu de noir, au large crâne rasé. Reprenant son souffle, il se retourna pour surveiller le chemin qu’il avait emprunté.
Rassuré par cette observation, il s’enfonça dans la grotte pour buter contre une paroi molle et invisible. Son bras droit pénétra lentement dans cette substance visqueuse. Son bras gauche suivit, puis prenant de l’élan, le sorcier s’enfonça entièrement dans ce mur d’air d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur. Une fois franchi cette barrière, il pouvait librement se mouvoir.
Kollimor résista à la tentation de s’asseoir. Il devait lancer l’incantation qui le mettrait définitivement à l’abri. Il aspira la magie environnante, puis, toujours concentré, il posa son doigt sur l’arcane – qu’aucun profane n’aurait pu soupçonner – qui protégeait la grotte. Chantonnant, il déversa lentement l’énergie qu’il avait accumulée. Le sortilège ainsi renforcé durerait de longues heures. Le mur d’air qui gardait son antre était devenu plus solide que l’acier d’une épée.
Comme beaucoup de ses pairs, Kollimor s’isolait lorsqu’il prévoyait de lancer des sorts puissants. Le sorcier devenait vulnérable lorsqu’il plongeait profondément dans la magie. Il se jura que c’était la dernière fois qu’il choisissait cet abri, qui devenait au fil des ans bien trop difficile d’accès. Il s’était fait déjà cette promesse, mais pressé par les événements, il n’avait trouvé aucune alternative suffisamment sûre.
Une brusque montée de magie dans une vallée isolée l’avait décidé à rejoindre précipitamment ce repaire. Seul un puissant sorcier pouvait avoir provoqué ce phénomène. Cet homme était un adversaire potentiel et il fallait le rallier ou le supprimer avant qu’il ne devienne dangereux. Il espérait découvrir son identité en contactant un Esprit à l’aide de la magie. Ces êtres immortels et immatériels vivaient dans une autre dimension que celle des humains.
Le sorcier s’assit et reposa son dos contre la paroi de la grotte afin de reprendre des forces.
Deux magies distinctes coexistaient : la première laissait l’esprit se diffuser pour utiliser la magie environnante, la seconde absorbait la magie, utilisant le corps comme réceptacle. Un magicien pouvait utiliser l’une ou l’autre, jamais les deux en même temps. La majorité des magiciens ne maîtrisaient que l’une des deux techniques. La magie par diffusion, appelée communément Halo, était considérée comme supérieure à celle par absorption, dite basse magie ou encore Braise. Cette hiérarchie était trompeuse. La majorité des sorciers de guerre utilisaient la magie par absorption, très réactive et potentiellement meurtrière. Même si Kollimor préférait utiliser le Halo, qui lui était plus familier, il n’hésitait pas à utiliser la Braise lorsqu’il estimait son usage adapté. Elle lui avait d’ailleurs permis de fermer la grotte.
Les deux magies permettaient de communiquer avec les Esprits, mais le sorcier n’avait jamais utilisé que le Halo. Il craignait qu’en se servant de la braise ses protections ne soient pas assez efficaces.
Kollimor se releva.
Trois ans auparavant, malgré ses talents, il lui aurait fallu de longues semaines et l’aide de plusieurs sorciers pour réussir l’incantation, mais avec la montée de la magie, les Esprits devenaient plus forts et capables d’interférer avec le monde des humains à l’appel d’un unique magicien.
Il se concentra pour canaliser son esprit. Rester maître de soi était la première condition pour réussir une incantation. S’aidant de son index, il traça lentement un pentacle – une étoile à cinq branches qui s’appuyait sur un cercle. Seule une poignée de magiciens réalisaient qu’il s’agissait de deux arcanes liés.
Le corps encore en sueur, le sorcier s’allongea sur le sol en prenant bien soin de ne pas sortir de l’étoile, qui lui garantissait la protection. Il se concentra à nouveau. Ses yeux étaient fermés, mais il sentait la magie onduler tout autour du pentacle. Plusieurs Esprits avaient répondu à l’appel qu’il avait lancé, mais le plus dur commençait. Il fallait encore être capable de leur parler.
Son aura grandissait essayant de capter ce qui restait de magie informe. Avec la fatigue, beaucoup de sorciers commettaient l’erreur de confondre l’énergie magique brute avec la magie des arcanes et de puiser dans ceux-ci, brisant du même coup le sortilège ou pire se privant de leur protection.
Le sorcier percevait désormais une masse grouillante d’Esprits autour de lui. Il ne fallait pas se laisser duper par cette sensation. Il estimait qu’ils n’étaient pas plus d’une vingtaine – sur la petite centaine qui existaient dans le Halo – à avoir répondu à son appel.
Kollimor refusa le contact avec plusieurs d’entre eux. Il ne voulait pas perdre le bénéfice de tous ces efforts. La plupart d’entre eux lui étaient hostiles. Ils ne chercheraient qu’à le distraire, voire pire. Heureusement, ceux-ci ne pouvaient pénétrer à l’intérieur de l’étoile. Ainsi, ils ne pouvaient guère interférer avec sa volonté.
Aujourd’hui, comme souvent, un seul Esprit l’intéressait : Maurpal. Enfin, il perçut son aura.

mercredi 27 novembre 2013

L'hiver arrive

Ce blog va entrer dans une période glaciaire.
Les corrections sont terminées et il ne reste qu'à envoyer le tapuscrit aux diverses maisons d'éditions et attendre...
Rendez-vous aux retours des éditeurs.

lundi 18 novembre 2013

Nouveau titre

Le titre provisoire "Magie brisée" a été abandonné au profit de celui-ci "Les Esprits du Halo" et le blog a été remis à jour. L'idée est d'avoir un titre plus accrocheur et plus parlant.
Les autres candidats étaient :  Les cycles du chaos, Sous l'empire du chaos et De Braise et de Halo.

mardi 29 octobre 2013

Trouver un éditeur

Je suis suffisamment proche de la fin (en peaufinage de la deuxième partie) pour établir la liste des éditeurs auxquels je souhaite envoyer mon tapuscrit. J'ai trouvé un lien pour m'aider dans ces recherches. J'ai constaté que la plupart des maisons d'éditions ont suspendu leur soumission.
Je vais envoyer à trois grosses maisons  d'éditions (on a tout de même le droit de rêver) : Bragelonne, Mnémos et l'Atalante.
J'ai retenu également trois petites maisons d'éditions : Sombres rets (qui malheureusement a suspendu provisoirement ses soumissions, mais en espérant qu'il les reprenne dans quelques mois), les Éditions Voy'el et les éditions Céléphaïs.
En fonction des retours, je complèterai cette liste.

jeudi 12 septembre 2013

Un essai pour la quatrième de couverture

Entwald, un seigneur ambitieux, part récupérer le cadavre d'un monstre dans une contrée reculée d'Aligathan, acccompagné par  sa garde du corps Larme de Sang. Il espère que ce voyage lui permettra d'augmenter sa puissance. Il réalisera rapidement que cette créature est le premier signe que le chaos gagne l'ensemble du continent. Pour réussir à conjurer cette menace, il devra non seulement se méfier de ceux qui souhaitent l'arrivée du chaos, mais également des seigneurs rivaux, de sa belle-soeur, de sa garde du corps et de ses réactions.

mercredi 11 septembre 2013

Phase de peaufinage pour la première partie

J'ai terminé une nouvelle version de la première partie. J'ai essayé de prendre plus vivant les premiers chapitres et j'ai remanié les scènes du chapitre 5. J'ai également ajouté une scène afin d'approfondir un personnage secondaire.
Pour les trois gros défauts  identifiés, j'ai essayé au maximum de les gommer au cours du temps. Le roman était déjà dans une phase avancée et il n'y aura pas de miracle : il restera des traces. J'espère cependant que cette faiblesse n'empêchera pas le futur lecteur de prendre plaisir à le lire.
Désormais, je vais me contenter de relire cette partie sur ma liseuse pour corriger des détails : changer des mots, modifier la ponctuation, ajouter une phrase ou en supprimer une.